HISTOIRE DES ROCHAMBELLES

Les ROCHAMBELLES Rosette PESCHAUD Raymonde JEANMOUGIN

 

Réseau :

2° DB

 

Son action dans la résistance :

 

Les Rochambelles, héroines inconnues

Ambulancières, ces femmes étaient en première ligne avec les soldats, de la 2e DB lors de la Libération de Paris, Rosette et Raymonde ont participé à cette épopée

Le 25 août prochain, Paris fête l'anniversaire de la Libération de la capitale, il y a soixante ans. Une journée en 1944 dont Rosette Peschaud se souvient dans les moindres détails. A 83 ans, cette femme de caractère est l'une des figures de proue des Rochambelles ". Baptisées ainsi en souvenir du français Rochambeau, dont le rôle fut décisif dans la guerre d'indépendance opposant les Américains aux Anglais en 1780, leur, action reste peu connue. intégrées à la division Leclerc, elles étaient chargées de récupérer les blessés en première ligne. Une épopée incroyable que Rosette et son amie Raymonde Jeanmougin racontent, entre souvenirs tragiques et anecdotes savoureuses.

En 1941, Florence Conrad, une Américaine viscéralement attachée à la France, se met, en tête de former une unité sanitaire de première ligne. Obstinée, elle obtient de quoi acheter 19 Dodge, les précieuses ambulances qui voyageront par bateau jusqu'en Afrique du Nord, où les Forces alliées se rassemblent. Avec Suzanne Torrès, future Mme. Massu, elle " recrute " un groupe dé jeunes femmes, françaises, réfugiées ou pieds noirs, qu'elle loge sur une péniche, à Rabat. Son objectif : faire intégrer sa troupe à la 2' DB, en formation à Casablanca.

Le général Leclerc veut bien des ambulances, mais pas des femmes l

Il acceptera finalement les Rochambelles, " mais seulement jusqu'à Paris ".

En 1943 Rosette, fille de colon a 22 ans. Florence Conrad parcourt alors les petites routes du " bled " pour caser les permissionnaires chez les colons. " C'est comme ça que j'ai entendu parler des Rochambelles. J'ai immédiatement voulu en faire partie " se souvient Rosette, bientôt rejointe par Raymonde. Au mont Chauve en Algérie elles apprennent à marcher au pas et deviennent de parfaites mécaniciennes, sous les quolibets des soldats " stupéfaits ".

En avril 1944 elles embarquent vers l'Angleterre où elles resteront 3 mois.

Le 1er août, elles débarquent en Normandie dans des conditions " effroyables " ; le lendemain elles font leur première évacuation, une nuit de bombardement " par grenade ". Une d'entre nous a eu les jambes broyées. Mais nous ne savions pas où aller, les ambulances n'étaient pas blindées. Leur tâche ramasser les blessés, français ou allemands les emmener à l'hôpital de triage à une vingtaine de kilomètres des lignes puis revenir. Quatre blessés par trajet, des vies qui s'enfuient. " Une fois dans l'ambulance, raconte Rosette, il n'y avait plus que des hommes qui souffraient. "

La division Leclerc a les yeux fixés sur Paris, mais l'avance sur la capitale ne se fait pas sans une résistance forcenée des Allemands. " A Fresnes, on a eu beaucoup de grands brûlés. On avait des bocaux de plasma sec et de l'eau stérilisée, on mélangeait les deux et on faisait des transfusions. Une grande nouveauté ! " Le 24 août, Raymonde entre dans Paris par la Porte de Gentilly, Rosette par la porte d'Orléans. On a stationné toute la journée sur le parvis de Notre Dame.

C'était extraordinaire, il y avait une foule immense... Rosette est la première femme " libre " à pénétrer dans la Préfecture de police. " Les hommes m'embrassaient ; ils n'étaient pas rasés, j'avais mal aux joues "

Toutes les cloches de la capitale se mettent à sonner,".Un moment d'émotion indescriptible ".

Le soir, Rosette et sa coéquipière sont invitées par la crème de la société parisienne à un " dîner chic ". Elles reconnaissent Jean Cocteau, qui lève son verre aux soldats en déclarant : " Ils sont comme des archanges, ils montent sur les barricades, les balles sifflent et ne les effleurent pas. " Jean Marais est également du dîner; il deviendra le " ravitailleur en essence " de la 2° DB. Le lendemain, tout le monde se regroupe au Jardin des Plantes. La nuit les Allemands bombardent la Halle aux vins. L'alcool s'enflamme dans une immense lueur rose, les lions du zoo rugissent... " C'était surréaliste, des nuées de jeunes femmes sortaient des tentes ! " Puis la 2° DB s'installe pour une dizaine de jours à Bagatelle.. Et Raymonde cueille trèfles et pissenlits pour "faire manger de la verdure aux filles". Le générai Leclerc rend visite aux Rochambelles et s'incline : " Vous avez emporté avec tant de brio et de dévouement l'adhésion totale et l'admiration de vos chefs que je vous garde. "

Le 8 septembre, c'est le grand départ. La 2° DB reprend Strasbourg, le 23 novembre. A Herbsheim, les blessés sont si nombreux qu'il est impossible de les évacuer. Fin avril, les Rochambelles arrivent à Berchtesgaden, le " Nid d'aigle". Le 7 mai, la nouvelle de l'armistice éclate. Suzanne Torrès lance : " Il parait que le général Leclerc va lever des volontaires pour l'Indochine " Rosette fera partie de l'aventure. Avant de revenir vivre au Maroc durant vingt ans avec son mari, Philippe Peschaud, colonel à la 2° DB. Des enfants, une belle reconversion professionnelle dans le transport commercial. Et des souvenirs qui ont façonné la vie de Rosette, aujourd'hui secrétaire générale de la Maison des anciens combattants de la 2° DB, où Raymonde est également bénévole.

" Les hommes blessés trouvaient auprès de nous un grand réconfort. Ceux qui allaient mourir se cramponnaient à notre main en croyant que c'était celle d'une mère ou d'une épouse. Certains viennent encore aujourd'hui nous remercier. "

La lettre du général Leclerc, envoyée à Suzanne Torrès le janvier 1945, reste gravée dans la mémoire de ces héroÏnes modestes, dont cinq ont perdu la vie pendant la guerre: " Bonne année on les aura, votre général ne regrette pas son affaire de la péniche, ce fut une bonne affaire"

 

 

Auteur de la fiche :

Elsa MARGOT AMARI

 

Commentaire de l'auteur

"Journal du Dimanche" du dimanche 4 juillet 2004

 

HISTORIC MOTOR LEGEND

39 Bis Rue MASSENET

95240 CORMEILLES EN PARISIS

Historic Motor Legend aussi sur Facebook

Association HISTORIC MOTOR LEGEND

Chez Mr D. LE DENN

39 Bis Rue MASSENET

95240 CORMEILLES-EN-PARISIS

 

Identification R.N.A. : W951000285

Tél. du Président : 0682319084

Tél. Relations Publiques : 06.29.28.23.00.

Email : contact@historic-motor-legend.com